lundi 24 décembre 2012

Joyeuses fêtes de fin d'année !

Nous vous souhaitons à tous de très bonnes fêtes de fin d'année.

Vous pouvez nous retrouver les 2, 3 et 4 janvier à 15h sur la Place Royale pour un bout de chemin ensemble dans la calèche de Norbert. Laissez-vous conter Pau, du Château à la ville...



Le programme complet des animations du Noël Pyrénéen en cliquant ici !

mercredi 19 décembre 2012

Le Pavillon des Arts ouvre ses galeries au public...

Le 19 décembre, le Pavillon des Arts restauré ouvre ses portes au public. L'important programme de travaux a été réalisé avec le soutien financier de la Fondation du Patrimoine grâce au mécénat de la Fondation Total.
A lire dans La République des Pyrénées du 20 décembre 2012.
Le "Retour vers le futur du Pavillon des Arts" dans Sud-Ouest du 20 décembre 2012.

Après un an et demi de travaux, les bâches de chantier qui le masquaient ont été enlevées, dévoilant un bâtiment haut en couleurs. Emblématique monument de la villégiature, il cultive le paradoxe d'être aussi discret depuis l'esplanade du funiculaire que monumental vu depuis la basse ville. 


Laissez-vous conter l'histoire d'un bâtiment singulier et sur les projets qui vont l'animer...

La « maison des bains »
En 1831, M. Barrau fait construire une « maisons des bains » à flanc de coteau, sur un terrain situé en contrebas de la Place Royale. Outre des cabines de bains et le logement de fonction de l'exploitant, ce bâtiment comprenait deux appartements de dix pièces chacun, offerts à la location.


La "Maison des Bains" (Réseau des médiathèques)


(Archives communautaires)

Le casino au Pavillon du Midi
En 1884, l'établissement est racheté par la municipalité qui y effectue d'importants travaux et agrandissements pour y installer provisoirement un casino (qui fermera ses portes en 1899), haut lieu de la vie mondaine : divers salons, une grande salle des fêtes, une salle de billard et un promenoir couvert bordant toute la façade sud de l'édifice sont ainsi créés. Sa partie centrale, surélevée au même niveau que les ailes, occupait alors l'esplanade face aux montagnes.

Le Pavillon de Léopold Carlier
L'époque était aux grands projets urbains, notamment celui de l'architecte Alphand qui imagine alors le Boulevard des Pyrénées. Il préconise l'élargissement de la Place Royale, qu'il trouvait « insuffisante pour la foule qui s'y (pressait) les jours de fête », au-dessus ou à la place du Pavillon du Midi. En 1907, Léopold Carlier dessine alors une ossature en béton armé (une technique novatrice pour l'époque) qui enrobe l'édifice : cette enveloppe cache la façade initiale et réussit une parfaite intégration au Boulevard. De loin, l'illusion d'un bâtiment classique surmonté d'un toit terrasse est parfaite et depuis lors, le Pavillon des Arts cultive le paradoxe d'être aussi discret vu d'en haut que monumental vu d'en bas.


(Archives communautaires)
(Archives communautaires)

 Resté propriété municipale, il a connu de multiples transformations et usages, abritant au fil du temps perception publique, salle d'expositions et bureaux. Aidée par la Fondation du Patrimoine grâce au mécénat de la Fondation Total, la Ville de Pau a lancé en 2011 un important programme de restauration qui a permis de revaloriser l'édifice par l'emploi de la couleur et d'attirer ainsi l'attention sur l'élégance de sa structure et sa singularité.

Premiers pas vers une nouvelle vie
Cette rénovation n'est qu'une étape dans un projet de ville global axé sur la connaissance, la sensibilisation patrimoniale et la participation au projet urbain. A l'arrivée du funiculaire, sa position centrale en fait le lieu idéal pour créer du lien entre la ville haute et la ville basse, mais plus encore, du Château à la Porte des Gaves, un lien entre le passé, le présent et le futur dans un territoire en devenir.


Le Pavillon des Arts restauré (D. Guilhamassé-Ville de Pau)
Le Pavillon des Arts accueille déjà depuis février 2011 les Ateliers de la Cité, incarnant la démarche participative de la municipalité pour faire la ville avec ses habitants.

Dès le 20 décembre, la Mission Valorisation de l'architecture et des patrimoines-Ville d'art et d'histoire proposera dans les galeries une exposition intitulée « Pau, Ville d'art et d'histoire : des patrimoines à vivre », préfiguration du Centre d'Interprétation de l'Architecture et du Patrimoine.



Entrée libre de 9h à 19h, du lundi au vendredi
Traduction anglais et espagnol

jeudi 13 décembre 2012

Pau Ville d'art et d'histoire s'expose...

Exposition "Des patrimoines à vivre"
A partir du 20 décembre, de 9h à 19h, dans les galeries extérieures du Pavillon des Arts
Entrée libre

Pau, Ville d'art et d'histoire...
Depuis novembre 2011, les Palois ont pu s'habituer à cette nouvelle appellation et ont vu fleurir un peu partout la bichromie graphique des documents Ville d'art et d'histoire.



A partir du 20 décembre, vous pourrez découvrir la face cachée du label : de la recherche scientifique aux actions concrètes sur le terrain, la Mission Ville d'art et d'histoire vous invite à venir suivre pas à pas toute la démarche patrimoniale.
Ce sera de plus l'occasion de déambuler dans les galeries du Pavillon des Arts restauré.

Le Pavillon des Arts restauré (Ville de Pau-D. Guilhamassé-2012)

La vie du blog...
Du nouveau dans la rubrique Animations ! La Ville d'art et d'histoire monte à bord de la calèche de Norbert à l'occasion du Noël Pyrénéen...

jeudi 29 novembre 2012

Journée d'étude sur les patrimoines palois

30 novembre 2012
Médiathèque André Labarrère
9h - 18h
Entrée libre et gratuite



Co-organisée avec le Service régional de l'inventaire, la journée sera consacrée à la présentation des patrimoines palois.
Renseignements auprès de la Mission Valorisation de l'architecture et des patrimoines-Ville d'art et d'histoire au 05 59 98 78 23
Téléchargez le programme complet de la journée ici !


lundi 12 novembre 2012

Retour sur l'inauguration de l'église Saint-Jacques

Samedi 10 novembre, l'église Saint-Jacques restaurée a été inaugurée devant de nombreux Palois. Le concert donné par les élèves du conservatoire et l'organiste dès 10h30 a agréablement lancé en musique les animations de la journée, accompagné d'un bon chocolat chaud.

La surprise est venue de la performance co-réalisée par la compagnie Pléiade qui a mis en mots l'histoire de l'église et de sa restauration....


... et a accompagné les grimpeurs de la brigade verticale de la MJC Berlioz qui ont investi le temps d'un moment la façade, suspendu au-dessus du public.


Ces gargouilles volantes ont donné le ton d'une inauguration originale.
Le temps protocolaire des discours dd'inauguration a donné lieu à une joute verbale entre Mme la Maire et M. l'abbé Dufau qui ont salué le retour des flèches et promis un bel avenir à l'église. 



L'après-midi, la projection consacrée aux images inédites du chantier a attiré de nombreux curieux dans la chapelle de l'église.

Le concert final a fait résonner l'orgue (que quelques curieux ont pu visiter...) une fois encore en fin d'après-midi.

"Une inauguration au sommet" à lire dans Sud-Ouest du 12 novembre 2012.

P.S: la conférence de Benoît Manauté sur la saga des maîtres-verriers Mauméjean a été repoussée à une date ultérieure que nous vous communiquerons sous peu !

mardi 6 novembre 2012

Inauguration de l'église Saint-Jacques



Pendant un an et demi, l'église Saint-Jacques a fait l'objet de nombreux travaux de restauration, nécessaires à l'entretien de l'édifice. Le samedi 10 novembre, la journée sera consacrée à l'inauguration de l'église dans le cadre de la démarche "Fêtons Pau neuve".

En avant première !
Le jeudi 8 novembre, à 18h30, rendez-vous au Pavillon de l'Architecture pour une conférence animée par Etienne Lavigne (architecte du patrimoine) et Maylis Roulier-Gall (architecte) qui ont suivis le chantier : "Saint-Jacques, étude historique et monumentale : des projets transversaux".
Le vendredi 9 novembre, à 17h, rendez-vous devant la fontaine de la place de la Libération pour une visite guidée de l'église par Etienne Lavigne (architecte du patrimoine) et Maylis Roulier-Gall (architecte).

Le samedi 10 novembre à partir de 10h30
Rendez-vous à partir de 10h30 pour des animations qui dureront jusqu'à 18h.
Des concerts, une conférence, un diaporama sur les temps du chantier : auntant de façons de découvrir un patrimoine emblématique tout au long de la journée.

A 11h, laissez-vous tenter par la performance de la Brigade Verticale qui va esaclader la façade de l'église pour une célébration vertigineuse!
A 11h30, le temps officiel en présence de Mme la Maire, sera suivi par un pot de l'amitié sur la place de la Libération.

Le programme précis de la journée est disponible en cliquant ici !
A lire dans la République des Pyrénées le 6 novembre 2011.


Un point de droit : les édifices religieux et la commune

Affectés à l'usage du public pour le culte, les édifices religieux construits antérieurement à la loi de 1905 (ainsi que les meubles les garnissant) portant sur la séparation des églises et de l'Etat (à lire sur www.legifrance.gouv) font partie du domaine public. Néanmoins, les ministres du culte et leurs fidèles en sont les usagers exclusifs. Lors de la Révolution française de 1789, de nombreux biens de l'Eglise  confisqués ont été transférés aux pouvoirs publics. La loi de 1905 confirma la propriété des édifices religieux à l'Etat, aux départements et aux communes. En conséquence, ces collectivités doivent prendre en charge les dépenses nécessaires à l'entretien, la conservation et la réparation des bâtiments et de nombreux décrets sont venus préciser les obligations des collectivités publiques par la suite.

Au regard des obligations qui lui sont assignées par la loi de 1905, la municipalité est tenue de garantir la sécurité publique, tout édifice religieux étant considéré en tant qu'établissement recevant du public. En cas d'accident, la responsabilité de la commune peut donc être engagée. A ce titre, la ville est autorisée à engager des dépenses relatives à l'entretien, la réparation et la conservation des édifices cultuels et des meubles lui appartenant. 

C'est dans ce cadre que s'inscrit le programme des travaux qui ont eu lieu lors du chantier de l'église Saint-jacques, l'édifice, construit entre 1861 et 1868, étant devenu propriété de la commune après la Révolution. Ces frais concernent dans le cas de l'église Saint-Jacques les dépenses de grosses réparations nécessaires à la sauvegarde du bâtiment (gros oeuvre, toiture, charpente) ainsi que la pose des nouvelles flèches afin que l'église retrouve sa silhouette d'origine (action patrimoniale de conservation).

L'église Saint-Jacques a une indéniable valeur patrimoniale, comme élément emblématique de l'histoire de la ville. C'est donc bel et bien en vertu du principe de laïcité (posé par l'article 2 de la loi du 9 décembre 1905) qui est aux fondements de l'action publique que ce chantier a été réalisé, afin de permettre la conservation d'un bien commun. 





mercredi 17 octobre 2012

Laissez-vous tenter par Pau Art déco

Le Musée des Beaux-Arts inaugure demain l'exposition Pau Art déco, qui se tiendra du 18 octobre 2012 au 14 janvier 2013.




Retrouvez toutes les informations utiles dans la rubrique Les expositions du blog !
A lire dans La République des Pyrénées du 18 octobre 2012.

Pour prolonger l'expérience, la Ville d'art et d'histoire vous propose deux circuits, sur  le patrimoine monumental et sur le patrimoine religieux, à la découverte de cet héritage éclectique des Années Folles.


A votre convenance, optez pour les visites gratuites porposées par la Mission ou téléchargez les dossiers complets pour découvrir ces parcours en toute liberté.
Tout ce que vous voulez savoir dans la rubrique Les Animations du blog !

lundi 17 septembre 2012

Revue de presse de l'édition 2012 des Journées du Patrimoine


Le bureau du Préfet était ouvert pour la première fois. Une centaine de privilégiés ont pu découvrir l'intérieur de la Préfecture, guidés par l'Architecte des Bâtiments de France P. Gisclard.
A lire dans la République des Pyrénées du 17 septembre 2012.

Les souterrains du Lycée Louis Barthou ont suscité un réel intérêt pour de nombreux curieux.
A lire dans la République des Pyrénées du 17septembre 2012.

Les Mystères de la Cité à Lescar ont connu un incontestable succès, qui ne se dément pas d'année en année.
A lire dans la République des Pyrénées du 17 septembre 2012.

vendredi 14 septembre 2012

Edition 2012 des Journées du Patrimoine à Pau

"Les patrimoines cachés"


On en parle dans Sud-Ouest du 14 septembre...

En avant-première, les soirées du vendredi...

Le musée national du Château de Pau organise une table-ronde en présence de la restauratrice Rachida Mallogi (meilleur ouvrier de France) qui vous emmènera dans les secrets de la restauration des tapisseries.
A 18h, rendez-vous dans la cour d'Honneur du musée.

Le Pavillon de l'Architecture organise une rencontre avec R. Mangado et P. Gisclard, Architectes des Bâtiments de France, qui commenteront une exposition numérique réalisée par des architectes du département. Et pour vous, la qualité architecturale, qu'en est-il?
A 18h30 au Pavillon de l'Architecture (3 place de la Monnaie)

Nouveau et insolite : osez passer de l'autre côté du miroir !!

Découvrez les techniques de la polychromie et de la restauration à la feuille d'or dans l'atelier de dorure L'Or du temps (15 rue d'Orléans).

Les souterrains du lycée Louis Barthou ainsi que l'exceptionnelle collection d'objets scientifiques du XIXème siècle sont à découvrir samedi de 9h à 12h et de 14h à 17h.... Une visite insolite dans l'envers du décor ! (A lire dans Sud-Ouest du 13 septembre 2012)

L'exposition "Sacrés objets secrets" à la Chapelle de la Persévérance (11h-13h/15h-18h, samedi et dimanche) réunit des objets d'art sacré de toutes les communautés religieuses de Pau. Chacune a prêté un de ses "trésors". Une diversité qui se vit en partage, agrémentée des clichés de Mathieu Thomassin dont le regard sensible et artistique vous amènera dans l'intimité des lieux... Un petit aperçu en lisant le dossier du visiteur.

"Pau vue d'en bas" vous invite à vous promener la tête en l'air ! L'association Aluca vous guidera du Boulevard des Pyrénées aux jardins du Conseil Général pour découvrir de façon insolite l'histoire de la ville. Samedi et Dimanche, rendez-vous à la place de la Déportation, devant le Château, à 10h30 et 14h30.

Puis le Parlement de Navarre ouvre ses portes à tous. Haut lieu de l'histoire béarnaise, allez visiter l'emblème de la ville des "grate papès"*. Visites guidées le samedi à 11h et 15h, le dimanche à 14h et 16h. Retrouvez les horaires d'ouverture libre sur le programme complet des Journées du Patrimoine).
(*gratte papiers : petit surnom ironique donné aux parlementaires).

Le musée national du Château de Pau propose de nombreuses animations (tir à l'arc, ateliers de cuisine médiévale) qui ne manqueront pas de combler les grands comme les petits.

La Caserne Bernadotte ouvre 100 km de linéaires d'archives et vous propose une exposition "Etrangers et européens ayant combattu dans l'armée françsaise durant la Seconde Guerre Mondiale" (10h-18h, samedi et dimanche).

Rendez-vous à la Médiathèque André Labarrère samedi pour partir à la découverte de la face cachée des patrimoines du centre ville grâce à la calèche de Norbert et aux commentaires de la guide Caroline Hourcadette (départs 10h et 14h). Ils vous emmèneront jusqu'à l'Usine des Tramways qui vous ouvrira ses magasins... (départ supplémentaire de l'Usine des Tramways à 16h)

Allez goûter aux Archives Départementales samedi à 16h pour écouter les lectures d'archives par la compagnie Hecho. Profitez-en pour visiter l'exposition "Promis, juré, on s'écrira"... (samedi 10h-12h/14h-16h et dimanche de 14h à 18h)

Samedi, la nuit du patrimoine

Le Château se mettra en lumière pour la dernière fois. Pour l'occasion, la compagnie Pipototal proposera une déambuloscopie onirique jusqu'à la place Clémenceau, samedi à 22h30.
Le Boulevard des Pyrénées sera investi par des artisans, des créateurs et des artistes pour une promenade nocturne originale.

Le programme complet est consultable et téléchargeable en cliquant ici !

mercredi 12 septembre 2012

"L'aventure des autoconstructeurs Castors"

Projection-débat sur les initiatives des autoconstructeurs Castors en Aquitaine, le jeudi 13 septembre à 18h à la Médiathèque André Labarrère.



Jean-Marie Bertineau, auteur et réalisateur du film "L'Utopie de Pessac" viendra vous présenter son documentaire (diffusé sur France 3, le 8 mars 2012, paru dans Sud-Ouest, voir la bande annonce ici ) sur l'expérience girondine.
La projection sera suivie d'un débat animé par Julie Boustingorry (historienne et urbaniste à la Mission Valorisation de l'architecture et des patrimoines-Ville d'art et d'histoire).

Résumé : En 1948, au lendemain de la deuxième guerre mondiale, 150 jeunes ouvriers décident de se réunir pour construire une cité de petites maisons individuelles en accession à la propriété. En 1951, après trois ans de chantier, la Cité des Castors est née à Pessac, dans la banlieue bordelaise. De l'époque, il nous reste les archives filmés des Castors et le récit des témoins de ce qu'ils nomment eux-mêmes une "aventure". Il voulaient cérer "la cité des rêves", une cité qui serait le cadre de la vie communautaire à laquelle ils aspiraient. "Par les hommes, pour les hommes, avec les hommes" : tel était l'esprit qui les anime. Une utopie réaliste que vous invite de découvrir ce film documentaire...

Un documentaire récompensé : à lire dans Sud-Ouest du 3 janvier 2012

mardi 4 septembre 2012

Exposition "Sacrés objets secrets"



Organisée dans le cadre des Journées du Patrimoine, cette exposition vous propose de découvrir des éléments représentatifs du patrimoine religieux palois, quelle qu'en soit la confession d'origine. Les photographies de Mathieu Thomassin agrémentent le cadre de l'exposition en jetant un regard sensible et discret dans l'intimité des pratiques. Une différence qui devient richesse et participe de notre héritage culturel quand elle est donnée à voir pour être mieux comprise...

Du 11 au 17 septembre, à la Chapelle de la Persévérance (3 rue Gontaut de Biron, à côté de l'église Saint-Martin)
Le dossier du visiteur est disponible en ligne  !

Le programme complet des Journées du Patrimoine à Pau les 15 et 16 septembre est accessible en cliquant ici !

lundi 27 août 2012

Septembre 2012 : on lève le voile sur les trésors cachés !


Les 15 et 16 septembre, les Journées Européennes du Patrimoine seront l'occasion de découvrir cette année

"Les patrimoines cachés"



Le programme complet de ces journées est disponible ici .



Les Haras de Gelos vous proposent aussi chaque week end des animations, sportives et artistiques.
Le programme détaillé en cliquant ici !

Mi-septembre, c'est le Pavillon des Arts rénové qui sera dévoilé... Mais c'est une autre histoire à suivre bientôt sur le blog !

mercredi 25 juillet 2012

Histoire de vacances...


Aux origines de l’Office du Tourisme ****
Pau est marquée par la tradition d’accueil qui est née de l’attrait pour la ville des hivernants étrangers, venus profiter de la douceur du climat béarnais dès les années 1830.
« Chaque ville a son industrie et l’exploite selon une échelle de proportion qui lui est imposée et par la limite de ses forces productives et par les caprices du commerce extérieur, ou simplement par une vogue momentanée. A Bordeaux, tout le monde sans exception est marchand de vin. A Bagnère, on est marchand d’eau. A Pau, on vend de l’air. Le vin s’expédie ; les chimistes dans leurs laboratoires fabriquent toutes les eaux imaginables, la nature elle-même s’y tromperait. Mais le climat ne se met pas en bouteille. Il faut venir le prendre sur place. »
(S. de Bellèze. Voyage de Paris aux Pyrénées, simples causeries. Pau : imprimerie de E. Vignancour, 1854).
Le succès est tel qu’à partir du milieu du XIXème siècle, il devient désormais de bon ton de passer l’hiver à Pau pour y soigner sa santé… ou seulement s’y montrer! Le tourisme est donc un secteur favorisé et dans le domaine de la promotion et de l’accueil, Pau a été une pionnière.

Ainsi, en 1859, est fondée la Commission syndicale de la Ville de Pau, association qui comptait en 1872 environ 300 membres. Ses objectifs étaient « d’étudier toutes les questions qui se rattachent au séjour des étrangers à Pau et contribuer autant que possible à ce qu’elles reçoivent bonne solution ». En somme, cette association avait une vocation reconnue d’intérêt général par la Ville car elle aidait à résoudre les problèmes, plus ou moins importants, que pouvaient rencontrer les visiteurs lors de leur séjour. Elle devait aussi « recourir à la publicité en France et à l’étranger, pour faire connaître tous les faits qui peuvent être loyalement invoqués à l’avantage de Pau, et défendre énergiquement de près ou de loin sa réputation, si elle était attaquée ». Elle éditait déjà des guides à destination des étrangers venant en séjour, court ou long. Les guides régulièrement mis à jour (à peu près tous les 2 ans) se déclinaient en notices : les bases de la promotion touristique semblent déjà posées.

Celui de 1872, correspondant à la 6ème édition, se divise en plusieurs parties qui témoignent d'un certain art de vivre cosmopolite. Elle s'organisent comme suit : un portrait de la ville de Pau (« tableau exact » et retour historique), le Château de Pau, une notice médicale sur le climat (guide pour une station climatique), les promenades (plus ou moins loin, à pied, à cheval ou en voiture hippomobile), le théâtre de Pau, les marchés, les productions du pays, les fontaines, les chasses et sports, les établissements d’enseignement, les établissements publics, les cultes religieux, les médecins, les consulats, les postes, les chemins de fer, le télégraphe, les voitures (publiques et de promenades), la Société des Amis des Arts, le Musée de la Ville, la Bibliothèque populaire, les Sociétés des Lettres, Sciences et Arts, les Cercles (Anglais, Henri IV et cercle Béarnais, nouvellement installé en 1872 dans les locaux de l’hôtel Gassion), les statistiques sur les familles étrangères à Pau (fixées ou venant passer l’hiver), le Boulevard du Midi (Grand hôtel Gassion, « mais à quand l’élargissement du boulevard du Midi ? »), les renseignements utiles à ceux qui viennent passer l’hiver à Pau (se loger ; domestiques ; denrées coloniales ; pain et viande ; La Boucherie agricole ; bois à brûler ; lait, œufs, volaille, gibier, poisson, légumes ; ramonage de cheminées et assurances contre l’incendie ; blanchissage et repassage du linge ; eau potable, « il est impossible de trouver meilleure eau que celle de Pau »), Pau station d’hiver (articles parus dans des journaux sur les avantages du climat palois), Les Eaux thermales des Basses-Pyrénées (Eaux-Bonnes, Eaux-Chaudes, Saint-Christau, Salies-de-Béarn, Cambo, Biarritz, St-Jean-de-Luz, source minéral de St-Boès).



Curieux ? Vous pouvez lire l'intégralité du Guide à Pau et aux environs de 1872 en cliquant ici !

En 1885-86, une Union Syndicale pour le Tourisme voit le jour, supplantée en 1903, par le Syndicat d’initiative de Pau créé par la Ville. Cette association à but non lucratif était en charge d’organiser l’accueil des visiteurs et de mettre en œuvre le programme public des festivités saisonnières de la commune. De nos jours, l’Office de Tourisme **** développe une offre sur toute l’agglomération de Pau-Pyrénées.

lundi 23 juillet 2012

Du bonheur pour l'été

"Happy Art" au Musée des Beaux-Arts : une exposition délibérément "fun" qui vous donnera à coup sûr le sourire ! Immanquable !


"Ronde décalée nocturne autour du château" le 26 juillet : une visite loufoque et décalée autour des illuminations du Château.
Départ à 22h30, place de la Déportation.
Gratuit.


A lire dans la République des Pyrénées du 25 juillet : une histoire d'hommes et d'eau avec la destruction du Moulin Marsan et le réaménagement du site...

jeudi 19 juillet 2012

Laissez-vous conter le cimetière urbain


En liberté, toutes informations utiles en poche grâce au dépliant disponible à l'Office de Tourisme, ou en compagnie d'un guide lors des visites commentées, laissez-vous conter le cimetière urbain  à la découverte de l'histoire de Pau...


Visites libres
Du lundi au samedi de 8h à 12h et de 14h à 18h
Départ du 1 rue du chanoine Galharet
Pensez à emprunter le livret explicatif complet à la conciergerie à l'entrée du cimetière : il vous donnera toutes les clés de lecture de ce patrimoine atypique.

Visites guidées de l'été 2012
Rendez-vous à 10h30 (durée :1h30) au 3 allée du Grand Tour (derrière la caserne Bernadotte)
Tous les mercredis de juillet à septembre
Les samedis 21 et 28 juillet, 4, 11 et 18 août
Gratuit, sur réservation à l'Office de Tourisme (Tél. : 05 59 27 27 08)

Au 3 Allée du Grand Tour, derrière la caserne Bernadotte, il suffit de franchir la porte du cimetière pour s'immerger dans le XIXème siècle : ses 10 hectares offrent une balade hors du temps en plein cœur de la ville. De tombes en chapelles funéraires, toutes plus décorées les unes que les autres, c'est un pan de l'histoire de Pau qui se propose à vous : le temps de la villégiature bien sûr, mais aussi celui des hommes illustres qui y ont séjourné.

La sobre pierre tombale du médecin écossais Alexander Taylor rappelle le rôle fondateur qu'il joua dans la publicité de la ville climatique auprès de malades du monde entier. Également témoins de l'époque faste de la villégiature, les dix-neuf monuments rénovés qui s'alignent contre le mur ouest sont d'anciennes sépultures anglicanes pour la plupart, dont les sculptures, de marbre blanc de Carrare, sont le symbole d'un art funéraire tombé en désuétude.


Dans l'esprit du romantisme qui caractérise ce XIXème siècle, la silhouette de la belle Théodora Platonow, une Polonaise installée en Béarn, se dessine parmi les tombes. Malheureux de perdre sa bien-aimée, son époux fit sculpter une magnifique statue en ronde-bosse de marbre blanc.
Profitant d'une allée ombragée, vous passerez d'un siècle à l'autre en arrivant en zone B, le premier agrandissement du cimetière qui date de la première partie du XXe siècle. Vous découvrirez dans cette partie du cimetière de nombreuses tombes de la communauté américaine venue en villégiature plus tardivement (descendants de signataires de la Déclaration d'Indépendance, proches de Georges Washington et bien d'autres personnalités remarquables...).
Pau, la ville cosmopolite, se rappelle à vous.

Les nombreuses chapelles funéraires ne manqueront pas d'attirer le regard du visiteur tant par leurs dimensions que par la richesse de leurs décors recherchés, en particulier la chapelle d'Alfred Hachette, fils de Louis Hachette, fondateur de la maison d'édition éponyme. Au cours de votre visite, vous ne pourrez manquer l'imposante chapelle de la famille Guillemin-Montebello, inscrite comme Monument Historique.



Le Cimetière Urbain est en quelque sorte un musée en plein air. La densité et la diversité des richesses du lieu, entre tombes célèbres et méconnues, vous seront révélées lors des visites guidées proposées tout l'été. Un voyage étonnant au cœur de l'histoire de notre ville...

Parcours n°1
Pau, Ville cosmopolite
Savez-vous que le cimetière abrite la sépulture d'Alexander Taylor, chantre des vertus du climat de Pau, la tombe émouvante des enfants de l'Emir Abd El-Kader, et tant d'autres grandes figures de l'Histoire paloise?
Ce parcours vous fera découvrir les sépultures des étrangers venus en villégiature climatique aux XIXe et XXe siècles. Il aborde également la question de la mixité religieuse et culturelle qui constitue un des traits majeurs du cimetière urbain.

Parcours n°2
Les richesses de l'architecture funéraire
Ce parcours met en avant les chapelles funéraires, monuments remarquables et variés apparus au XIXe siècle. L'inspiration artistique exubérante de cette période y est largement représentée. Les personnalités locales ont rivalisé d'inventivité pour ériger leur sépulture familiale. Un jeu de surenchère s'installe entre les familles qui nous ont légué un héritage aussi riche que diversifié et excentrique.

Parcours n°3
Les maires de la ville de Pau
Depuis 1789, 48 maires ont participé au destin de Pau : 20 d'entre eux reposent au Cimetière Urbain.
En découvrant le parcours souvent atypique de ces grands hommes, vous retracerez l'histoire de la ville : Pierre Batsalle recevant l'Empereur Napoléon, Hilarion de Bordenave d'Abère face à l'armée de Wellington ou Henri Faisans et Alfred de Lassence à qui nous devons le Boulevard des Pyrénées. L'itinéraire proposé témoigne à ceux qui furent « les serviteurs de notre cité, une gratitude éternelle »1 : André Labarrère, Gaston Lacoste, Louis Sallenave et tant d'autres...
1 – extrait du discours d'Henri Lapuyade lors du décès de Gaston Lacoste.

Parcours n°4
Les artistes et leurs œuvres
Le XIXe siècle et sa vague de villégiature ont ouvert de larges champs aux artistes béarnais. Les commandes de riches hivernants et les longs séjours des artistes étrangers dans notre ville ont rompu l'isolement des talents locaux. Cette période de bouillonnement culturel a laissé de grandes œuvres telles que les magnifiques sculptures d'Ernest Gabard, les portraits de l'artiste polonaise Nina Alexandrowicz, les chefs-d'œuvres d'Eugène Devéria ou encore le souvenir de la splendide voix de René Fournets. Ce parcours évoque ces multiples talents accueillis par notre ville.

lundi 16 juillet 2012

De la ville au Gave : l'autre tour

Le 17 juillet, le Stade d'eaux-vives s'anime pour la journée de repose du Tour de France à Pau

Rendez-vous tous au Stade d'eaux-vives à partir de 10h30 pour vivre une journée à sensations !

Sports de nature, balade à vélo à la découverte des patrimoines du bord du Gave et un pique-nique géant en guise d'étape déjeuner pendant le tournage de l'émission "Village départ"... Une façon originale de vivre le Tour de France à Pau !!

De la ville au Gave : l'Autre tour

Sortez des sentiers battus en suivant ce parcours entre ville et nature d'une durée d'1h30 environ. Ponctuée de 8 stations, cette promenade atypique vous propose une autre regard sur un territoire méconnu...
A lire dans Sud-Ouest du 12 juillet 2012 : L'envers de la ville sous la pédale !







Informations en poche, avec votre propre bicyclette, en louant un vélo IDEcycle ou encore un VTT au Stade d'Eaux Vives, à vous de choisir en toute liberté !

Le dépliant sera disponible en version papier à l'Office de Tourisme (Place Royale) à partir du 17 juillet et en téléchargement sur ce site ici ! Vous le retrouverez dans la rubrique "Un peu de tourisme..."
Pour en savoir plus, un document plus complet est disponible  !

Renseignements et réservation des visites guidées à l'Office de Tourisme : 05 59 27 27 08

jeudi 12 juillet 2012

Le château s'anime jeudi soir

Le jeudi 12 juillet, le "Collectif ça-i" propose ses Contes en musique !
Départ : 22h30, Place de la Déportation
Gratuit



Une ballade contée autour du Château qui revêtira pour l'occasion ses plus belles couleurs.
Serge Mauhourat, conteur, et Thomas Baudoin, musicien traditionnel, vous invitent à suivre leurs pas et surtout leurs istòrias simplas, histoires de mondes ordinairement extraordinaires, des parcours de vie, des anecdotes descendues tout droit de las montanhas per lo camin deu Gave. La tour Fébus, spectatrice comme vous, accordera toute son attention pour se laisser aller dinc au cap de la nueit, au son de la flabuta, de la boha...

Ils ont parlé de nous...
L'envers de la ville sous la pédale : de la ville au Gave, l'autre tour
Lisez l'article de Sud-Ouest du 12 juillet 2012


lundi 25 juin 2012

A la découverte du patrimoine du XXème siècle

La Mission Valorisation de l'architecture et des patrimoines - Ville d'art et d'histoire organise cette semaine deux temps de découverte du quartier Dufau-Tourasse, grand ensemble emblématique du patrimoine du XXème siècle à Pau.

Le 28 juin 2012 à 18h
Suckey Chacon (architecte, stagiaire de l'Ecole de Chaillot) présentera une conférence intitulée "Le grand ensemble Dufau-Tourasse dans la ville de Pau. Patrimoine du XXème siècle. L'oeuvre de Rémondet en question"
Rendez-vous au Pavillon de l'architecture, 3 place de la Monnaie



Le 29 juin 2012 à 19h
Cette balade urbaine commentée par Suckey Chacon et Julie Boustingorry vous emmènera au coeur de la cité Saragosse, entre histoire et patrimoine.
rendez-vous à 19h sur le parvis de l'église Saint-Pierre.



Petit zoom sur André Rémondet, architecte (1908-1998)
Grand Prix de Rome en 1936
Peu connu des Palois, André Rémondet est un architecte qui a oeuvré dans les années 1960-1970 à Pau. Il est le maître d'oeuvre initial de l'extension vers le Nord de la ville, au-delà de la "frontière" que représentait alors le Boulevard Alsace-Lorraine. Il est nommé architecte en chef de la ZUP de Pau. Il dessinera à ce titre un plan de masse qui imagine un grand quartier destiné à devenir un second centre-ville : c'est ce que nous dénommons actuellement le quartier Dufau-Tourasse.
Son plan originel ambitieux ne sera réalisé que partiellement, d'autres architectes intervenant sur ce secteur, à l'image de Grézy qui dessinera la chambre d'agriculture et le campus universitaire.
Sa carrière d'architecte est représentative des grandes évolutions du XXème siècle (voir ici), tant du point de vue des formes urbaines qu'il créé, que des matériaux et techniques de construction qu'il mobilise.
Plus de précisions sur le bâtiment des archives départementales en cliquant  !


mardi 19 juin 2012

Saint-Jacques a retrouvé ses flèches !!

Plus de dix ans que les flèches avaient été déposées. Le 13 et le 14 juin 2012, les cloches du carillon et la seconde flèche de l'église Saint-Jacques ont retrouvé de la hauteur.


Sagement alignées, les cloches restaurées attendent de retrouver leur beffroi.





Il faudra encore quelques jours aux électriciens pour remettre en état de marche le carillon qui pourra à nouveau résonner dans la ville.
Le lendemain, c'est la nouvelle flèche qui a pris place sur la tour est devant un public toujours aussi nombreux.





Le chantier n'est pas encore terminé. Des travuax plus discrets, mais indispensables, se poursuivent pour renforcer le bâtiment et finir son embellissement. C'est seulement à la fin du mois d'octobre que l'église aura retrouvé sa deuxième jeunesse !!

Ce cahntier dans la ville laissera des souvenirs à tous ceux qui, curieux, passionnés ou par hasard, ont pu assister à ces moments rares dans notre monde contemporain et chargés d'émotion qu'ont été le retour des cloches et des flèches...



Sans être l'égal du temps des cathédrales, ce chantier nous aura permis de découvrir les multiples facettes d'un bâtiment qui aura dévoilé ses faces cachées, grâce à la découverte des secrets de fabrication des ateliers...
Un grand merci à tous les artisans qui ont tant travaillé à la réussite de ce chantier et qui nous ont ouvert leurs portes !
Et un immense merci à Dominique Guilhamassé, noter photographe, qui grâce à ses clichés nous permet de garder un souvenir de ces moments inoubliables....

A lire dans Sud-Ouest et dans la République des Pyrénées du 15 juin 2012

mercredi 13 juin 2012

Le retour des cloches de Saint-Jacques

Aujourd'hui, cinq cloches regagnent leur beffroi. La première, le faux-bourdon en mi bémol, a déjà retrouvé sa place, grâce notamment au savoir-faire des grutiers de l'entreprise Ayala et des campanistes de l'entreprise Laumaillé d'Ibos. L'opération devrait terminer ce soir vers 18h.
Le chantier continue, avec demain vers 14h, la pose spectaculaire de la deuxième flèche de l'église Saint-Jacques.

mercredi 6 juin 2012

Ils ont débarqué à la médiathèque de Lons...

Depuis 2009, Le Bel Ordinaire (centre de création contemporaine de la Communauté d'agglomération) propose des installations éphémères dans l'espace public sur tout le territoire.
En ce mois de juin, une soucoupe volante (création de Pierre Grangé Padéras) s'est écrasée sur un stop juste devant la médiathèque de Lons, à laquelle elle semble faire écho tant leurs formes se ressemblent...
Elle sera visible jusqu'au 27 octobre, avant de poursuivre son voyage...

A lire dans la République des Pyrénées du 6 juin 2012 !

mardi 29 mai 2012

Les Rendez-vous aux jardins

Ce week-end, la ville de Pau vous donne
Rendez-vous aux jardins !

Cet événement annuel est organisé au niveau national par le Ministère de la Culture et de la Communication. Le thème de cette 10ème édition est "Le jardin et ses images". Cette manifestation représente un temps fort pour valoriser les jardins, publics et privés, les paysages et les savoir-faire et est un moyen de fédérer les acteurs autour d'une thématique commune.

Revue de presse
A lire dans Sud-Ouest du 30 mai 2012...
Les parcelles solidaires dans la République des Pyrénées le 30 mai 2012...
Rendez-vous aux Haras de Gelos dans la République des Pyrénées du 30 mai 2012...


Ce week-end sera l'occasion de célébrer le jardin à travers les nombreuses représentations que proposent les différents regards d'artistes, de professionnels du spectacle ou de l'art des jardins. Autant d'images qui traduisent la place et le rôle des jardins à notre époque, source d'information autant que d'émerveillement.

La Mission Valorisation de l'architecture et des patrimoines - Ville d'art et d'histoire a élaboré avec de nombreux partenaires un programme varié, familial, festif et innovant.
Le programme complet est ici !
Le vendredi 1er juin est consacré au public scolaire avec une programmation dédiée, et les 2 et 3 juin, vous pourrez parcourir toute la ville à la découverte des multiples animations qui vous sont proposées.

Une quarantaine d'associations et d'institutions a répondu présent pour proposer des animations dans toute la ville, privilégiant les déplacements doux (Coxity, Idécycle...).
Un grand merci à tous sans qui rien ne serait possible...


Erratum : Clémenceau en Bio n'aura pas lieu...

vendredi 18 mai 2012

Les animations de samedi

Une journée à consacrer au patrimoine...

A 14h15, balade urbaine dans le quartier des autoconstructeurs Castors de Pau
Rendez-vous à l'angle de la rue Chopin et de la rue Berlioz à partir de 14h15 pour un départ à 14h30
Cycle "Mémoire de Pau", organisé par la Mission Valorisation de l'architecture et des patrimoines - Ville d'art et d'histoire et les Archives communautaires
La vie du blog : l'histoire des autoconstructeurs Castors est en ligne dans la rubrique Des patrimoines à la loupe...

Juste le temps de soutenir la Section paloise face à La Rochelle en demi-finale du championnat de pro-D2, et vous pourrez profiter gratuitement des musées palois qui sont ouverts toute la nuit...

Grande dernière au Hédas! (dans le cadre de la nuit des musées)
19h, rendez-vous à la place d'Espagne pour un départ en fanfare à la découverte des oeuvres d'art graphique installées dans le quartier du Hédas
A 20h30, dévernissage de l'exposition après cette dernière visite
A 21h15, la fanfare vous accompagnera jusqu'au musée du Château




La nuit des musées


Le musée des Beaux-Arts vous ouvre gratuitement ses portes de 20h à 1h du matin.
Le musée national du Château vous accueille gratuitement de 20h à minuit.

A lire dans la République des Pyrénées du 18 mai 2012.

mardi 15 mai 2012

La vie du blog

Les nouveautés à aller voir !

Exposition "Le Seuil de la ville" au Pavillon de l'architecture : des idées et des projets pour inventer la Porte des Gaves du futur...

La restauration des tombes du carré anglais : un patrimoine qui retrouve sa splendeur originelle !

jeudi 10 mai 2012

Les tombes du carré anglais du cimetière sont en cours de restauration...

Le cimetière urbain : un héritage du passé de la ville

Au 3 Allée du Grand Tour, derrière la caserne Bernadotte, il suffit de franchir la porte du cimetière pour s'immerger dans le XIXème siècle : ses 10 hectares offrent une balade hors du temps en plein cœur de la ville.




D'allées en allées vous pouvez découvrir l'histoire de notre ville à travers les vies de ces personnalités locales, nationales ou internationales.

Les tombes du carré anglais restaurées - Avril-juin 2012

Des richesses historiques

La partie réservée aux Palois de confession protestante accueille pendant de nombreuses années les sépultures de la communauté anglicane venue en villégiature dans notre ville au cours du XIXème siècle.

La sobre pierre tombale du médecin écossais Alexander Taylor nous rappelle le rôle fondateur qu'il joua dans la publicité de la ville climatique auprès de malades du monde entier. Les dix-neuf monuments qui s'alignent contre le mur ouest sont d'anciennes sépultures anglicanes pour la plupart, dont les sculptures, de marbre blanc de Carrare, témoignent d'un art funéraire tombé en désuétude.



Ces riches hivernants nous lèguent de nombreux monuments remarquables par leur architecture, leur iconographie et les matériaux utilisés. C'est pourquoi, lorsque la municipalité a repris des concessions sur ce terrain, dix-neuf monuments sont mis à l'abri de la destruction. Ces monuments appartiennent désormais à la ville et n'abritent plus de sépultures. Cette part atypique de notre patrimoine nous apprend beaucoup sur cette communauté anglicane du XIXe siècle mais aussi plus largement sur l'art funéraire et la représentation de la mort à cette époque.

Un patrimoine à entretenir

La pollution, les intempéries et le temps qui passe ont abîmé ces tombes. L'eau a rendu la pierre poreuse, et en ruisselant le long des parois, a provoqué la multiplication de tâches noires sur le marbre initialement blanc. La restauration de ces tombes est en cours, grâce au soutien de la Fondation du Patrimoine.

Les dégâts liés à l'eau : l'apparition de tâches noires
La restauration se fait en plusieurs étapes :

- Le nettoyage. Prélable indispensable à toute autre action, les tombes vont être nettoyées grâce à un sablage très doux (du sable fin est projeté sur la pierre grâce à de l'air comprimé). Les dernières impuretés sont ensuite retirées après l'imposition d'un cataplasme qui va envelopper toute la tombe et qui, lorsqu'on le retirera, emportera toutes les petites particules de saleté (ce cataplasme est composé de compresses de fibres de cellulose).

- La consolidation. Une fois propres et ayant retrouvé toute leur blancheur, le marbre va être enduit d'un mélange d'eau et de poudre de marbre qui va combler les brèches et les petits interstices libérés par l'enlèvement de la pollution afin de rendre étanches les tombes.

- Le traitement contre les micro-organismes (appelé hydrofugage) complète ce dispositif.




Voici donc les premiers clichés de ces tombes restaurées. Un patrimoine à redécouvrir dans toute sa splendeur retrouvée !